Tag Archives: Le Fuet

Les Reussilles, Les Genevez, Bellelay, Le Fuet, Tavannes

Les Reussilles
Je pars des Reussilles pour ma première véritable marche de l’année. Le temps est magnifique: le ciel est d’un bleu azur, la température dépassait les 20 degrés au soleil.


C’est parti! Mon premier but est d’atteindre les Genevez, au Nord-Est.


J’aperçois les premières narcisses sauvages de l’année derrière ce mur de pierres sèches.


Il fait tellement chaud que je suis parti en T-shirt. Le reste de neige fond à une vitesse grand V sous mes yeux et son eau ruisselle le long du chemin, alors que ma gorge commence à se dessécher.


La première fourmilière sur le chemin. Je me demande toujours comment elles font pour survivre aux rudes hivers. Il y en a des milliers en tout cas.


Les petits points blancs sont des perce-neige qui portent bien leur nom. Elles ont tendance à sortir à l’ombre des sapins.


Il reste quand même pas mal de plaques de neige; il me faut donc marcher sous les arbres là où elle a disparu.


Merde, bloqué! Je n’ai pas le choix; la neige est haute jusqu’au chevilles. Je me vautre même une fois lamentablement dans la neige.  Je confirme que même en train de fondre, elle demeure froide, surtout en manches courtes.



Je suis sorti du chemin depuis longtemps et je commence à me poser des questions. C’est l’après-midi, le soleil me tape au 3/4 dans le dos donc je me dirige toujours Nord-Est.


C’est bien gentil, ces petits bonshommes qui marchent mais ils ne me disent pas si les Genevez sont à droite, à gauche, en haut, en bas.


Les sapins noirs des Franches-Montagnes sont impressionnants, comme toujours. Celui-ci était tout simplement magnifique.



Les troncs morts ont parfois d’étranges formes.
Je décide de poursuivre sur la crête d’une montagne, ce qui aura pour avantage d’éliminer la neige, de faciliter ma marche et de servir de point d’observation. Des stèles au sol doivent indiquer la limite entre les cantons du Jura et de Berne. Je croise un couple de Suisses alémaniques qui habitent le coin. Ils me confirment que je suis dans la bonne direction. “Par ici à 45 degrés!” dit l’homme avec une précision toute suisse! Ils me montrent le chemin que je dois emprunter.


Le chemin débouche sur une sorte d’autoroute neigeuse: le damage de la piste destiné aux skieurs l’a condensée la rendant plus longue à fondre.


Enfin, voici que Les Genevez apparaissent soudainement pile poil devant moi, magiquement.


16h05, pas le temps de trop s’attarder. Je voulais à l’origine atteindre directement Le Fuet mais je change d’avis car vers le Sud-Est se dresse une imposante crête. Il est préférable que je marche le long de la route jusqu’à Bellelay, toujours vers l’Est.


J’arrive enfin à Bellelay. Les jambes commencent à sentir ce décrassage de printemps. Une superbe abbaye se dresse au loin. Il faudra que je la visite avec Pumpkin un jour. Je change de direction, plein Sud.


Après un long moment le long de la route, je rejoins enfin un chemin forestier en descente vers Le Fuet.



Le Fuet, juste à mes pieds.



Charmant petit village. Il plaira sûrement aux gosses lorsque nous passerons par ici.


17h35. J’atteindrai la gare de Tavannes dans 40 minutes.


Tiens, même les chevaux commencent à sortir.

Related Posts with Thumbnails