Tag Archives: canton

Le lac de Sarnen


Le lac de Sarnen se trouve au centre de la Suisse, dans le canton d’Obwald. C’est un lac alpin entouré de montagnes tout autour.


Au bord de ce lac se trouve la petite ville de Sarnen, 10 000 habitants qui est aussi la capitale du canton.


Le bord du lac est calme et très reposant au point que nous prévoyons de passer quelques jours de vacances dans l’Obwald.


Le lieu est très accessible: Lucerne ne se trouve qu’à une vingtaine de kilomètres.

Sur les rives de l’Aar

Sur les rives de l'Aar
Altreu est un petit village du canton de Soleure non loin du massif jurassien et situé sur les bords de l’Aar.

Sur les rives de l'Aar
Le village se vante d’abriter une importante colonie de cigognes et, au vu de tous les nids sur les toits des maisons, il semble que leur réputation ne soit pas galvaudée.

Sur les rives de l'Aar
C’est un village propre et calme, très loin de l’agitation des alentours.

Sur les rives de l'Aar
Il est adossé à l’Aar, une rivière dont le bassin recouvre la moitié de la Suisse.

Sur les rives de l'Aar
Il est difficile de resister à l’envie d’y tremper les pieds.

Sur les rives de l'Aar

Sur les rives de l'Aar
Très vite le jeu tourne à repérer à ce qui ressemble à de gros têtards.

L’école en Suisse

Une des raisons de venir s’installer en Suisse a été la répution des écoles du pays.  J’étais déjà persuadé à l’époque que nos enfants bénéficieraient des avantages de ce système éducatif.  L’éduction étant un domaine réservé des cantons, il serait donc plus juste de parler de l’école dans le Jura.

Je donnerai donc l’exemple de ma fille qui a commencé cette année l’école primaire jurassienne qui est très révélateur.  Certes, il y a bien ce point noir sur lequel je ne reviendrait plus mais que d’avantages autrement: les horaires sont réduits à des demi-journées pour que les élèves puissent s’adapter sans trop de soucis à leur nouvel environnement primaire.  Les heures sont réparties entre deux enseignantes plus spécialisées dans leur domaine alors que le nombre d’élèves se limite à une quinzaine.

Les activités purement scolaires sont complétées par d’autres activités d’éveil:  les enfants bénéficient d’une initiation à la musique obligatoire, ce qui pour moi est incroyable lorsque je pense qu’en France, je commençais à souffler dans ma flûte qu’au collège et sans conviction. Pour une plus profonde initiation, notre fille suivra une heure par semaine facultative supplémentaire.

L’école propose également une seconde activité facultative: une heure par semaine d’aide aux devoirs pour apprendre aux bambins à apprendre.  Cette activité vient complèter l’éduction visuelle obligatoire qui éduque la faculté d’observation.  J’en reste baba.

En plus de l’éducation physique, notre fille ira également à la piscine quelques semaines tout comme elle pourra s’exercer, ô merveille, au patinage sur glace!

Du côté financier, on peut se féliciter que toutes ces activités n’exigent aucune dépense supplémentaire.  Déjà nous avons été surpris que les fournitures étaient totalement fournies par l’école.  Je pense que le canton est attaché à une égalité des chances et qu’il a, de ce fait, éliminé tout ce qui peut entraver l’épanouissement de l’enfant.

Pour finir sur un symbole extraordinaire, je relate la joie de ma fille, rentrant de son premier jour d’école et me brandissant fièrement une gomme donnée par l’établissement à chaque élève pour qu’il puisse l’utiliser à la maison…Qui dit mieux?

Quel avenir pour les Jura?

L’AIJ (Assemblée Inter-Jurassienne) prend l’avenir des Jura avec des pincettes au vu des passions entourant cette question.  Tout reste ouvert: soit un super canton du Jura regroupant le canton du Jura et le Jura bernois à 6 communes (un district deviendrait une commune) et avec pour capitale Moutier, soit le “statut quo +” pour avec plus d’automie pour le Jura bernois vis-à-vis de Berne.

Pour ma part, je suis favorable à un grand Jura mais je suis beaucoup plus réservé pour les super communes; la rationnalisation a ses limites.  Dans tout les cas, c’est le peuple qui tranchera, comme toujours.

Montfalcon, 625 toises

La stèle se trouve sur la commune de Montfaucon, dans le canton du Jura. J’aime croiser le passé au fil de mes promenades. La paroisse de Montfaucon était la “paroisse mère” des Franches-Montagnes et la toise est une ancienne mesure pré-révolutionnaire française qui correspond à six pieds, soit 1,949 mètres. A l’origine, c’était la mesure de l’étendue des bras. Les 625 toises doivent référer probablement à l’étendue de la paroisse.

Jura et Jura bernois

Voilà que l’on reparle de plus en plus de l’unification des deux Jura, le canton du Jura et ce qu’on appelle le Jura bernois qui se compose essentiellement de la partie francophone du canton de Berne hormis la ville de Bienne. L’unification des six districts (Delémont, Porrentruy et les Franches-Montagnes) pour le canton du Jura, (Courtelary, Moutier et la Neuveville) pour le Jura bernois.

Pour arriver à ses fins, le Jura est même prêt à sacrifier le statut de sa capitale actuelle, Delémont (11 000 habitants) pour une nouvelle capitale située dans le Jura bernois, Moutier (7 500 habitants!). Il est vrai que les habitants du Jura bernois ne sont pas très chauds pour se rattacher au Jura (qui a fait sécession du canton de Berne en 1979) à cause de ses différences: le Jurassien est perçu comme spécial, rustique, bourru et en plus il est majoritairement catholique. “L’autre Jura” se verrait plutôt comme faisant parti d’un grand ensemble comprenant le grand arc jurassien, c’est à dire non seulement les deux parties citées ci-dessus mais également le canton de Neuchâtel.

Au fait, vous ai-je dis qu’il existait des frictions entre la partie haute du canton de Neuchâtel (en gros: La Chaux-de-Fonds, Le Locle) et la partie basse (en gros la ville de Neuchâtel et alentours). Le haut se sent lésé et certains envisagent la création d’un demi-canton. Ah les querelles de côcher!

Delémont

Après cinq mois à vivre dans le Jura, il fallait bien que nous nous décidions à visiter notre capitale, Delémont. Delémont est en effet la capitale du canton du Jura et de la république du même nom. La ville a sept siècles d’existence mais elle n’a gagné (par référendum) son statut de capitale qu’en 1979 et elle ne compte de nos jours que 11392 habitants. C’est une petite ville administrative à la campagne.


Le quartier de la gare.

gendarmerie jurassienne
Le Jura, comme les autres cantons, a sa propre gendarmerie. A la différence de la France, les gendarmes en Suisse ne sont pas des militaires mais du personnel non-militaire exerçant une activité de police. Le terme gendarmerie est une survivance des temps napoléoniens.


La vieille ville compte de nombreux immeubles administratifs.

peinture murale publicitaire
Touchant témoignage du passé que cette peinture murale publicitaire.

Related Posts with Thumbnails

Blog d'un Français de retour en France après deux expatriations