On reste en Suisse (bis)

Vu les dernières informations sur les mondifications futures de l’assurance maladie des frontaliers, il est clair que le retour n’est plus profitable du tout.  Je plains juste les frontaliers qui vont être piégés par le système. Nous pensons bouger tout de même et nous installer définitivement dans le canton de Vaud.  Parfois on oublie la chance que nous avons d’être résidents de ce pays; ces trois derniers mois, pas moins de quatre collègues de travail ou d’école m’ont confié aider à faire venir leur famille ou leurs amis de l’Union européenne sinistrée, en l’occurence le Portugal, l’Espagne et l’Italie.

Demain, nous partons pour le Tessin prendre le soleil, je vous montrerai.

L’assurance maladie du frontalier au 1er juin 2014

Le 1er juin 2014, les frontaliers français qui travaillent en Suisse perdront le libre choix en matière d’assurance maladie. En effet, ils sont libres de choisir soit régime fédéral d’assurance maladie (LAMal), soit régime général de sécurité sociale (CMU) ou soit encore une assurance privée. Cette dernière option est choisie par 90% des 140 000 frontaliers car beaucoup moins chère que les deux autres.

Mais voilà que le gouvernement envisage, pour réduire le trou abyssal de la sécu, de rendre obligatoire le système de la CMU, faisant ainsi disparaitre le droit d’option d’un trait de plume. Ce sont ainsi 400 à 500 millions d’euros que ce gouvernement s’apprête à ponctionner le long d’une frontière qui va de Bâle à Genève. Pas étonnant donc que la nouvelle terrorise les principaux concernés qui verront leur cotisation tripler (CMU+complémentaire). Sachant que le taux d’imposition est de 8%, la formule exacte est: (Revenu de référence fiscal-9356 euros)*8%. Et comme vous ne serez couvert qu’à 70%, ajoutez une complémentaire! J’ai fait le calcul de tête pour notre famille: cette option reviendrait plus cher que ce que nous payons actuellement en Suisse.

Je vous laisse imaginer les premières réactions de frontaliers qui se sont endettés pour acheter un bien immobilier et qui du jour au lendemain se retrouveraient sur le fil du rasoir. Les plus chanceux verraient pour le moins une baisse énorme de leur pouvoir d’achat qui ne manquerait pas d’avoir un impact sur toute la zone frontalière. Fermeture de commerces, licenciement dans des cabinets d’assurance, effondrement du prix de l’immobilier sans compter l’incapacité d’accueillir un afflux dans les structures médicales frontalières françaises, car il serait bien sûr impossible de consulter en Suisse dans ces conditions.

Sans compter les nombreux frontaliers qui déjà envisagent de s’installer en Suisse…

Il reste donc un peu plus d’un an pour essayer d’éviter la catastrophe; déjà une pétition regroupant 33 000 signatures de frontaliers a été remise le 26 juin dernier au préfet de Haute-Savoie pour le président banal. La mobilisation a déjà donné des résultats: alors que le 20 septembre 2012 le ministre du Budget envisageait de faire passer la réforme dès le 1er janvier 2013, il a dû faire marche arrière. Pour l’heure, la date, le 1er juin 2014 et le taux, 8% semblent confirmés.

Alors, Frontaliers Ou Bien? Trois associations de travailleurs frontaliers exerçant en Suisse se sont regroupées sous ce nom et mobilisent leurs troupes. Une pétition circule en ligne pour le maintien du libre choix d’assurance maladie pour les frontaliers.

Les Lumières de Noël de Montbéliard

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Les Lumières de Noël est le nom du marché de Noël de Montbéliard. Des collègues de Pumpkin ont vanté ce marché comme étant un des meilleurs de France.

Les Lumières de Noël de Montbéliard
En nous promenant dans les rues éclairées ce soir-là, il nous est apparu comme évident que la réputation était à la hauteur des animations dans la rue.

Les Lumières de Noël de Montbéliard

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Des Gilles et leurs chapeaux nous rappellent que la Wallonie est à l’honneur cette année.

Les Lumières de Noël de Montbéliard

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Le marché de Noël se situe au centre ville. Je dois admettre qu’il n’a rien à envier à celui de Strasbourg quant à la fréquentation et à la magie qui y règne.

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Comme la Wallonie est à l’honneur, une exposition de marionnettes a lieu à l’hôtel de ville.

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Le marionnettiste est un homme haut en couleur vantant sa ville, Liège. Il bien tenu a préciser que je prononçais mal le nom de la ville: c’est LièèèCHHH et non Liège.

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Tous les enfants s’y sont mis.

Les Lumières de Noël de Montbéliard

Les Lumières de Noël de Montbéliard

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Jettons un dernier regard sur cette ville différentes la nuit.

Les Lumières de Noël de Montbéliard
Nous avons ramené du piment d’Espelette et du saucisson au piment d’Espelette du Pays Basque. C’était la première fois que j’y goûtais.

Mont d’Or au four

Mont d'Or

Par les grands froids que nous connaissons actuellement, j’ai eu l’idée de cuisiner du Mont d’Or au four pour la première fois. J’y ai ajouté une quantité d’ail suffisante pour agrémenter le goût. Un seul bémol cependant: le fromage ne reste pas chaud longtemps mais tout le monde a quand même beaucoup aprécié.

Retour vers le futur

Vous allez nous croire inconstants mais notre famille agit instinctivement et notre instinct nous commande de réessayer de nous installer en France à nouveau. Un an après notre première tentative avortée, nous avons donc décidé de retenter de devenir frontalier. Nous serons cette fois un peu mieux armés car au courant des démarches à effectuer pour notre retour. Tout d’abord il nous faudra louer encore là-bas, le temps de débloquer le second pilier-car je rappelle qu’il faut être frontalier pour débloquer le second pilier, et le temps de trouver une maison à acheter ou à bâtir.

Notre migration devrait commencer aux alentours du mois de juin prochain, date de la fin de notre bail. Nous sommes désormais plus confiants de garder notre emploi et plus rassurés maintenant que Pumpkin est française. Vivement que l’on soit propriétaires de notre logement pour ne plus rendre de comptes. Mieux vaut donc passer de la classe moyenne suisse au top 1% français, pouvoir acheter notre viande de l’autre côté de la frontière sans avoir l’impression d’être des contrebandiers à chaque fois que l’on passe la douane suisse. Pumpkin rêve de faire pousser ses légumes dans son potager et moi je rêve d’avoir ma pièce personnelle pour y instaler un atelier horloger digne de ce nom.

Le gros avantage sera la garde de nos enfants le midi, chose qui nous est impossible en Suisse et tant qu’à faire, nous mettrons les trois en école privée. Ha, vivement dans six mois!

Related Posts with Thumbnails