Le beurre et l’argent du beurre

C’est décidé. Nous allons rentrer en France et travailler en tant que frontaliers. Il y en a marre de jeter un paquet de fric par la fenêtre en loyer alors qu’il nous sera possible d’acheter une maison de l’autre côté de la frontière.

Je ne vous dis pas les questions que nous devons résoudre dont la principale est: est-ce que Pumpkin a le droit de travailler en Suisse en tant qu’Américaine résidente en France ou doit-on attendre qu’elle soit française?

De toute façons, nous avons le temps: il nous reste presque une année à attendre, le temps que notre bail arrive à terme.

Related Posts with Thumbnails

9 thoughts on “Le beurre et l’argent du beurre”

  1. Wow, que de grandes décisions et changements!! Vous n’êtes pas bien dans votre nouvel appartement? C’est vrai que la vie en Suisse est chère…

  2. Du cote de Geneve c’est la strategie adoptee par beaucoup de monde, c’est clair… Mais Bienne n’est pas si pres de la frontiere, ca ne va pas etre un casse-tete logistique?

  3. Oui, j’aurais dit comme Aisling : n’allez-vous pas, au final, perdre en qualité de vie, car la maison, c’est top, mais si les transports prennent trop de temps, ce serait dommage d’en profiter relativement peu. Enfin, tu as sans doute déjà repéré des coins sympas. Nous, on habite vers Morges, et je sais que des frontaliers viennent d’Evian travailler à Lausanne en empruntant tous les jours la CGN (cie générale de navigation)… Cool.

  4. C’est dommage… Et fort regrettable… Car nous n’aurons plus droit à votre point de vue sur notre pays.

    Peut-être est-ce déjà un choix bien choisi et définitif mais réfléchisez peut-être encore… Avec ce qui se passe dans les pays voisins et l’état actuel des gouvernements et des finances de ces mêmes gouvernements je préfère devoir payer plus cher mais d’être sur d’avoir un pays en état de fonctionner demain à mon réveil.

    Mais après avec le taux de change actuel c’est vrai que la tentation est grande… Même si c’est un pas que je ne ferai surement jamais de par mon métier qui m’obliger à être résident suisse. Mais quand on voit que la chute de l’euro fait qu’un frontalier voit son salaire augmenter de plus de 20% sans effort c’est vrai que c’est alléchant (et aussi moche pour les employés suisse mais c’est un autre débat).

  5. Quelle surprise! Il me semblait que vous aviez enfin trouvé un appartement formidable et que la vie suisse vous allait comme un gant… Décision néanmoins compréhensible si vous voulez être propiétaires.

  6. Je dois dire que je suis déchiré intérieurement. J’aime la Suisse, sa qualité de vie, son bon niveau économique, son côté nickel mais je dois aussi prendre en considération des facteurs qui nous affectent en tant que famille.
    1) Il y a tout d’abord le manque criant de garderie et, s’il y en a une comme celle qu’on a trouvé, elle ne garde que la moitié de la journée et pas le mercredi pour un prix exorbitant alors qu’en France, on a vu que les prix seraient presque moitié moindre.
    2) Nous voulons être propriétaires, ce qui en Suisse s’avèrerait très difficile pour nous.
    3)Les prix sont définitivement beaucoup plus bas en France, et avec le plongeon de l’euro, ce sont véritablement des salaires de sénateur dont on bénéficiera.

  7. Oui..vous toucherez un salaire de senateur..tant que l’entreprise Suisse qui vous emploie ne fait pas faillite..car dans ce cas, c’est en euro et au tarif Francais que vous toucherez le chômage..
    Et si l’Euro remonte, c’est au nouveau tarif que vous paierez
    vos impots..

    1. Si l’entreprise suisse qui m’emploi fait faillite, je toucherais un pourcentage de mon salaire suisse qui, rapporté au niveau de vie français sera toujours plus avantageux que si je touchais le chômage en Suisse avec la cherté du pays.
      De toute façon, je doute que nos entreprises fassent faillite d’après mes informations.
      Si l’euro remonte, j’aurais de toute façon fait un prêt en devises qui me protège contre tout aleas monétaire. Pour ce qui est du coût de la vie, même avec un euro fort, je doute que cela me soit jamais plus préjudiciable que si je continuais de vivre en Suisse.
      De toute façon, je pense que même si l’euro remonte un peu, le franc restera toujours une valeur refuge.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *