La Bremont U2

Vous allez me traiter d’affreux matérialiste mais je vais vous parler de montre, plus exactement de la montre qui me fait rêver, fantasmer.  Hé oui, Pumpkin n’a pas à s’en faire: ce ne sont pas les femmes qui me font tourner la tête mais les montres; d’ailleurs, à chaque fois que l’on se rend dans une ville, elle a pris l’habitude de me laisser une dizaine de minutes dès que l’on passe devant une vitrine horlogère.

La marque qui a pris la première place dans mon coeur n’est pas suisse mais anglaise: il s’agit de la très britannique Bremont dont les ateliers se trouvent quand même à Bienne, en Suisse.  Bremont est une marque récente fondée en 1999 par deux frères, Nick and Giles English, passionnés d’aviation et de belles montres. Pas étonnant donc que ces montres soient testées par des pilotes et qu’elles soient destinées, entre autres, à des pilotes.

Le nom U2 n’a rien avoir avec le groupe irlandais mais vient du Lockheed U-2, avion de reconnaissance à haute altitude américain dont un escadron devait être exclusivement pourvu de cette merveille. Mais pour ces conditions extrêmes, je ne vous dis pas les tests de la marque!

La montre a donc été testée à 100 000 pieds, soit 21 000 mètres (à cette altitude, les pilotes portent des combinaisons pour l’espace) et par -40 degrés. Elle reprend également toutes les caractéristiques de la Bremont MB, MB pour Martin-Baker, le plus grand constructeur de sièges éjectables dont les tests ont permis de mettre au point une montre résistante aux vibrations et aux chocs extrêmes.

Le mouvement, un calibre 13 1/4” BE-36AE, est en fait une version modifiée du calibre 2836 ETA encore que la modification ne saute pas aux yeux, à part peut être la masse oscillante, mais c’est plutôt normal. Le mouvement est bien entendu certifié COSC.
L’originalité provient surtout de la cage, la protection du mouvement appelée Trip-Tick® qui consiste en un traitement des surfaces pour atteindre une solidité de 2000 vickers, trois fois la solidité de l’acier! La glace même est recouverte d’une couche solide pour atteindre cette résistance. La couche vient se superposer sur 9 couches de revêtement anti-reflet.

La protection du mouvement ne s’arrête pas là: le mouvement vient s’incruster dans une cage de Faraday pour éviter les interférences magnétiques et cette cage est elle même soutenue par un support anti-choc. La montre résiste également à l’eau jusqu’à 100 mètres, peut-être en cas d’amerrissage forcé…

Mais pour moi, ce qui fait pencher la balance, c’est la beauté de l’aspect général, le soin du détail, un je ne sais quoi qui fait que cette merveille devient objet de désir.

Related Posts with Thumbnails

7 thoughts on “La Bremont U2”

  1. Oui, pas mal, mais je suis indécrottablement chauvine lorsqu’il s’agit de montres. Perso, j’adore Blancpain, entre autres. J’adore quand tu dis : “La montre résiste également à l’eau jusqu’à 100 mètres, peut-être en cas d’amerrissage forcé…” -> catastrophe, avion en déroute, vie peut-être menacée, but how about my watch :o) ?

    Bon we !

  2. Ni belle, ni moche.. Copier-coller un cadran normalisé d’aviation sur une montre, c’est un peu léger niveau créativité, non? Ca me rappelle les montre-bracelets SBB-CFF…

    1. La tu pousses un peu…La montre est beaucoup plus élégante qu’un cadran d’aviation style Bell & Ross sans pour autant tomber dans l’excès des cadrans un peu fouillis d’une Breitling.
      Mais attention: j’adore leur mouvement B01 à Breitling, j’aime même le design de la chronomat b01, mais je préfère la sobriété de la U2.
      Déjà j’aime le fait qu’elle n’est pas un chronographe, car honnêtement, je n’en verrai pas l’utilité. A la rigueur un flyback serait le bienvenu mais alors je choisirai une dodane type 21.

      Non décidément, j’aime l’unicité du noir, jusque dans le fond du disque de quantième, j’aime que l’accent soit mis sur la lisibilité des chiffres donc que l’on puisse savoir l’heure du premier coup d’oeil. Et si le cadran rappelle (un peu) un cadran d’aviation, c’est peut-être qu’on à affaire à une montre de pilote. Je connais des montres de pilote I….C un peu bling bling qui n’ont probablement jamais vu un cockpit.
      En plus, si on observe bien, on découvre de petits détails (bien diaboliques, c’est connu) comme les quatre petites croix sur le cadran tout comme celles de l’empennage des avions U2. L’aiguille des secondes se termine par une représentation d’une poignée de siège éjectable. C’est pas très utile mais c’est un petit clin d’oeil à Martin-Baker.
      Même les poussoirs rappellent l’aviation (une constante chez Bremont): la surface extérieure rappelle les pneus des avions tandis que la face externe représente sur le premier une hélice et sur le second l’emblème britannique.

  3. Ah ça, si tu es sensible à l’ésthetique d’une poignée de siège éjectable, c’est clair qu’on ne peut lutter question goûts et couleurs..
    A propos de U2 ,mon petit doigt me dit que tu n’es pas insensible à la saga BD ‘Pin-Up’ de Berhet&Yann .. J’ai juste?

    C’est toujours un plaisir de lire ton blog.

    Paulot.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *