Eux, les Français….

les Français
© Dessin de Mix & Remix paru dans L’Hebdo, Lausanne

Je me surprends parfois, au détour d’une conversation, à parler des Français comme s’ils n’étaient pas des compatriotes mais simplement des habitants de l’autre côté de la frontière. Es-ce grave docteur? En tout cas, je comprends de moins en moins les frontaliers à vouloir s’acharner à vouloir rester en France alors qu’eux se demandent quand je repasserai la frontière, un vrai dialogue de sourds.

J’évite de parler avec eux de politique, surtout de la réforme des retraites et des grèves à gogos qui l’accompagnent. Je n’arrive décidément pas à me faire à cette obstination aveugle à vouloir absolument nier la réalité démographique sous prétexte de préserver les zacquis sociaux! Pauvre France, peuplée de beaucoup de gens dogmatiques qui prétendent vouloir ignorer la réalité, tes enfants et tes petits-enfants en paieront le prix!

Pour les autres qui ont un tant soit peu réfléchi, je les invite à passer en Suisse, car je vois mal la France changer d’état d’esprit alors qu’elle fonce droit dans le mur. Votez avec vos pieds et n’ayez aucun regret, dites vous seulement que qui aime bien châtie bien.

Related Posts with Thumbnails

7 thoughts on “Eux, les Français….”

  1. Je commente rarement par ici, mais je dois avouer que ce soir, je suis étonnée, pour ne pas dire agacée de ce post.
    “Nier la réalité”, je ne pense pas, encore faut il faire un tour dans les manifs, discuter avec différentes personnes, de différentes idées, pour avoir le fond de la pensée des Français qui sont d’accord en majorité pour cotiser plus, mais pour partir au même âge… Je trouve facile d’un côté de critiquer ceux qui restent en France, pas forcément par choix, quand on a pu trouver un travail, et fait un choix de vie différent. La Suisse ne supportera pas forcément d’accueillir toute la population qui le souhaiterai, il faut aussi penser à l’équilibre de ce pays, et y trouver un travail ne semble pas aussi simple que beaucoup de monde le laisse penser…
    Emma

    1. Trouver un travail en Suisse n’est pas toujours aisé: Pumpkin en sait quelque chose mais la Suisse ouvre ses bras aux informaticiens, aux personnels soignants, aux ingénieurs, aux maçons et à beaucoup d’autres.
      Je reconnais que le principal problème est le manque de démocratie; il faudrait vraiment des référendum d’initiative populaire en France pour voir des projets et des contre-projets émerger. Cela éviterait bien des confrontation.
      Mais quand je vois les grévistes professionnels s’agiter, je ne peux pas m’empêcher de me mettre en colère. Cotiser plus pour partir au même âge? Il faudrait cotiser un maximum lorsqu’il n’y aura plus que 1,4 actifs pour un retraité!

      http://www.journaldunet.com/management/dossiers/040436retraites/comparaison-europe.shtml

      Et comme une image parle plus que de longs discours, voici une carte de l’Europe de l’âge de départ à la retraite pour les hommes dans l’UE. La France n’y coupera pas, alors autant qu’elle s’y fasse tout de suite.

      http://www.articque.com/uploads/images/cartes-actu/age-retraite-hommes.png

  2. Vilay,

    Si tu parles d'”eux”, c’est que tu commences à être intégré en Suisse.
    Pour ma part, qui garde un oeil sur les 2 cultures, je suis partagé : d’une part, je suis choqué par ce pouvoir de résistance, à ce refus du changement face à un problème très grave, et d’autre part, je me dis qu’en ne dialoguant pas avec les partenaires sociaux, le gouvernement ne peux qu’accentuer les frustrations.
    Enfin, je me dis que ces partenaires sociaux ne représentent pas grand monde en réalité : 8% des salariés, et je pense, 80% de ces 8% qui sont de la fonction publique ou des cheminots : ils n’existent pas autrement que par la contestation et le désordre. En un mot, côté suisse, on peut les qualifier d’irresponsables… Ce que j’explique moins, c’est la sympathie pour ce mouvement (70% des Français l’approuvent) : çà, c’est pour moi plus un rejet du Sarkozysme, plus qu’une analyse froides des évènements…
    Contrairement aux Suisses, il y a toujours beaucoup d’émotions en France lorsqu’on parle de vote ou de problèmes de société.
    Voici mon analyse du sujet : http://blog.travailler-en-suisse.ch/10/2010/les-francais-font-au-moins-12-fois-plus-la-greve-que-les-suisses.html

  3. Il faut savoir qu’avant 1981, l’âge légal du départ à la retraite en France était de 65 ans et tout le monde trouvait ça normal, alors qu’à l’époque l’espérance de vie était plus basse…
    Quelle tristesse que de voir cette inconscience. Déjà 10% du montant des retraites est financé par la dette! Si rien ne bouge, il n’y aura plus de retraite du tout, et à court terme. Qu’auront gagné les manifestant alors?

  4. Si je partage avec vous cette exaspération de voir mon pays tomber en ruine de cette manière de cette manière, et si je me surprends moi même à parler des français comme si je n’en étais pas un moi même, je ne partage pas votre avis concernant, et je cite vos mots, le “manque de démocratie” en France.

    Tout d’abord, arrêtons les comparaisons simplistes. Un pays comme la Suisse, 6 millions d’habitants, son plurilinguisme, société multi-culturelle et fédérale, ne se gouverne pas comme la France, 60 millions d’habitants, son pouvoir centralisé, avec ses collectivités d’Outre Mer, pays qui s’est construit à force de lutes, et dont l’histoire a forgé son identité.

    Je ne trouve pas plus démocratique de soumettre chaque question, chaque réforme à un référendum/votation plutôt que de soumettre cette tâche à un parlement justement élu par le peuple.

    Déjà d’une, le peuple choisi ses représentants, et ces représentants votent des lois. ce processus est on ne peut plus démocratique. Ce qui l’est peut être moins, c’est les taux d’abstention constatés lors des élections…

    Ensuite, au risque de choquer certains, je ne suis pas convaincu que tout un chacun soit en mesure de voter pour ou contre une réforme. Car un référendum, ce n’est pas juste donner son avis, c’est s’emparer d’une question, l’analyser, comprendre le problème, étudier la/les solutions. Hors, pour avoir ces réflexions, il faut lire la presse (et ne pas de contenter d’une seule source d’information), suivre les débats politiques, comprendre les tenants et les aboutissants d’une réforme. Et je doute que l’intégralité du corps électoral prenne le temps de cette analyse avant de voter. Je pense qu’au contraire les parlementaires sont plus à même de voter ces lois.

    Enfin, et les (rares) référendums que nous avons en France le montrent, les Français ont la très fâcheuse tendance de ne pas répondre aux questions qui leurs sont posées mais d’utiliser chaque occasion électorale (référendums compris) comme un moyen de sanctionner le gouvernement en place. Peu importe le sujet du référendum, c’est d’abord pour ou contre le gouvernement que les électeurs sont votés.

    Je suis le premier à faire les éloges du système Suisse, mais je reste entièrement convaincu qu’il ne serait nullement transposable dans notre beau pays. On met souvent en garde les français venant en Suisse des différences culturelles qu’il peut y avoir des deux côtés de la frontière, mais les français de Suisse sont ensuite les premiers à donner des leçons aux français restés aux pays en oubliant ces différences.

    Mais sur le fond, nous partageons le même constat. Les syndicats jouent la politique de l’autruche et la moindre réforme est toujours douloureuse à faire passer.

  5. Le problème avec les référendum, c’est que la question posée vient des politiques. Et ellet préoccupe rarement les gens. Or, en Suisse, l’initiative peut venir d’un groupe de gens déterminés.

    Avant (quand j’habitais en France), je pensais comme toi, je me disais que la France avait une tradition de pouvoir centralisé, que les décisions devaient êtres prises par les élites politiques pour éviter le populisme.

    Mais depuis que j’habite en Suisse, je suis sûr que la France devrait avoir un pouvoir décentralisé et que l’on doit faire plus souvent confiance au peuple en lui donnant beaucoup plus de pouvoir.

    Pour s’en convaincre, il suffit de voir le résultat de chaque système et de comparer ce qui marche le mieux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *