Horlogerie, le pire semble passé.

La profession annonce la fin des destructions d’emploi sans pour autant s’avancer à un quelconque soupçon d’optimisme même si çà et là on observe quelques frissons de reprise. La tempête semble s’être calmée, on a touché le fond et maintenant on attend de remonter. Mais quel désastre pour l’emploi horloger: en un an, de septembre 2008 à septembre 2009, le taux de chômage des horlogers est passé de 3,4% à 12,7% -en hausse de 259,7% sur un an-, un taux inconnu en Suisse qui vient à peine de franchir au niveau national les 4%.

taux de chômage horlogerie suisse

Related Posts with Thumbnails

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *