Pub Dosenbach avec Cindy Crawford

Cindy Crawford

Je viens de voir une pub de Dosenbach avec Cindy Crawford sur la TSR1.  Elle m’a mis en colère mais voyez plutôt.  Est-il vraiment nécessaire de voir toute une pub entièrement en anglais?

Certes Cindy est américaine et je ne crois pas qu’elle parle une autre langue que celle de Shakespeare mais quand même!  Jusqu’à présent, les publicitaires se contentaient d’un slogan malvenu en anglais à la fin de leurs spots mais dorénavant il sera probable de voir pub sur pub dans une langue qui n’est officiellement pas la nôtre.

Croyez bien que je suis partisan du multilinguisme:  je comprends Cindy sans sous-titres mais j’ai peur de ces avances sournoises et inutiles de l’anglais au dépend du français dans notre quotidien et je regrette le manque d’intérêt général ou l’ignorance face au danger.  A quand une loi 101 comme au Québec?

Tout cela ne me donne pas envie d’aller faire mes courses chez Dosenbach.

Related Posts with Thumbnails

4 thoughts on “Pub Dosenbach avec Cindy Crawford”

  1. bon ca donne un style aussi…Cindy, americaine, stayyyille quoi.
    ben sinon quand j’appelle la banque, tout le monde préfère parler en Anglais, c’est finalement la langue qui rassemble toute la Suisse.

    Et puis bon vu le niveau des pubs Suisses allemande en general et l’espèce d’humour a 2 balles…why not 😛

  2. Moi, ça m’a surtout fait rigoler, cette pub, quand le mec à la fin parle anglais avec un accent français vraiment nul, et puis qu’ensuite il dit “septente-neuf francs nonante” (ou un truc comme ça, bien suisse!) … ça fait une telle coupure, c’est tellement innatendu! Et c’est tellement bien suisse!!

  3. chris: Ouais, c’est vrai que les pubs suisses ne brillent pas par leur humour la plupart du temps.
    Dr. Caso: MDR. C’est le mariage de la carpe et lapin linguistique.

  4. L’anglais = langue de la branchitude… Mais je suis assez d’accord avec toi, ça n’amène rien. Ceci dit, la clientèle anglophone est de plus en plus importante en Suisse, et on vendrait son âme au diable pour lui être agréable. De plus en plus de natifs du pays de Shakespeare vivent dans mon village (quand je dis “mon”, c’est très relatif, je n’y habite que depuis 5 ans), mais ne parlent pas du tout du tout le français. Résultat, au bureau de poste, ils parlent anglais et la personne au guichet leur répond en anglais (soupir). Pourquoi se donneraient-ils de la peine ? On a l’impression que la Suisse est une annexe, finalement…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *