Canton du Jura: absence de la séparation de l’église et de l’Etat

Le canton du Jura ne respecte malheureusement pas le principe de séparation de l’église et de l’Etat.  En regardant de plus près les cours de ma fille, je me suis rendu compte qu’il y avait un cours sur les religions et que ce cours, pour la première fois était obligatoire alors que jusqu’à présent il y avait un droit de renonciation.  Quelle est la raison invoquée pour ce recul?  Un simple changement d’intitulé:

Le canton du Jura a décidé que:

L’enseignement de l’histoire des religions demeurera une discipline spécifique à l’école primaire, alors qu’elle continuera d’être intégrée dans les sciences humaines à l’école secondaire. Le Gouvernement a pris cette option, qui s’inscrit dans le prolongement de la modification de la loi scolaire par le Parlement. La loi remplace la notion d'”enseignement de l’histoire biblique et religieuse conforme aux principes du christianisme” par “l’enseignement de l’histoire des religions, avec un accent particulier sur l’histoire du christianisme”. Dans ce nouveau cadre légal, le principe du droit à la renonciation au cours concerné est supprimé dans l’ordonnance portant exécution de la loi scolaire.
Tenant compte du considérant de la Cour constitutionnelle, qui avait été saisie sur ce point, le Gouvernement veillera à la remise de matériel didactique adéquat et à la mise en place d’une formation appropriée des enseignants. Il s’agit en particulier d’assurer que l’enseignement de l’histoire des religions soit fondé sur le respect des principes de neutralité confessionnelle. En outre, une plaquette d’information situant le nouveau contexte de l’enseignement de l’histoire des religions et présentant le profil des moyens d’enseignement concernés sera réalisé à l’attention des parents.

Bref, rien ne change dans le fond, juste la forme est maquillée pour que les jurassiens athées, agnostiques ou appartenant à d’autres religions que le christianisme soient mis devant le fait accompli, l’école tenant le rôle partial de suppôt des religions chrétiennes.

Autant vous dire que je suis déçu, en colère mais pas résigné. J’ai d’une part envoyé des courriels à qui de droit pour me plaindre. Une telle partialité ne peut être tolérée et décision a été faite par la famille de changer de canton dès que possible pour des cieux plus laïcs.

Des suggestions?

Related Posts with Thumbnails

9 thoughts on “Canton du Jura: absence de la séparation de l’église et de l’Etat”

  1. Vaud aussi, malheureusement. Depuis l’année scolaire passée, histoire des religions intégrée à l’école (nous avions renoncé au catéchisme en plus, en dehors des heures de classe). En regardant le bouquin, oui, hum, où sont les autres religions ? Ah, peut-être 5 pages en fin de livre, oui, c’est ça… Un nombre certain de parents se sont manifestés pour qu’au moins, l’enseignement ne soit pas prosélythe… Dire qu’un jour, un de nos garçons, 7 ans, est rentré de l’école en nous disant : “je veux être baptisé”. Gloups. Ben non, si tu veux être baptisé, c’est quand tu seras un poil plus grand et autonome dans ta réflexion… Je vais regarder ton manifeste.

  2. Oui, le référendum au niveau national. Si seulement quelques Suisses de bonne volonté lançaient une pétition.

  3. C’est effrayant ce lavage de cerveau au niveau de l’école. Le catéchisme devrait être limité qu’à l’église!

  4. Bien vu Vilay,
    Je pense perso que l’enseignement (tendancieux ou non) de l’histoire des religions doit être laissé au libre choix des individus, mais certainement pas enseignée de facto a des enfants. On y viendra un jour, j’en suis sûr.

  5. Pareil à Berne… Eglise nationale réformée évangélique et Etat ne sont pas séparés. Les pasteurs sont des employés cantonaux.

  6. En réflechissant bien (je suis Helvète) je ne vois pas comment on pourrait lancer un référendum national dans la mesure où la religion – à l’instar de l’éducation – relève de la compétence exclusive des cantons. Changer la Constitution fédérale ? Il n’y a pas de majorité politique… Souvenez du débat en 1998 avec le préambule de la nouvelle Constitution suisse “Au nom de Dieu Tout-Puisant”…
    http://www.admin.ch/ch/f/rs/101/ani1.html

  7. Je n’étais pas là en 1998 donc je ne sais pas ce qui en était du débat. En tout cas, il faudrait ou bien amender la constitution ou bien la changer pour une réelle séparation de l’Etat et de l’église.
    Qu’on ne me parle pas de traditions, de cultures comme prétexte pour garder un préambule aussi inique, sinon, sans changement constitutionnel, les femmes par exemple n’auraient jamais pu accéder au droit de vote.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *