Microsoft Confort Curve Keyboard 2000

J’ai cédé. Je n’en pouvais plus de remplacer les piles de mon clavier tous les jours même si je me suis équipé de piles rechargeables.
J’ai donc un nouveau clavier Microsoft que j’ai choisi parce qu’il a un fil, que ses touches sont silencieuses et qu’il a une touche fonctionnelle hyper-pratique: la touche calculatrice qui fait apparaître la fonction sans avoir à passer par menu et patati et patata.
Je dois encore m’habituer à la courbure ergonomique du clavier mais je suis toujours trop vieux pour apprendre à taper sur le qwerty suisse. Je tape donc toujours en azerty.

En revanche je reste favorable au mulot sans queue à la souris sans fil: d’une part parce que c’est très embêtant de la déplacer avec un fil et d’autre part parce qu’elle ne nécessite que de très rares remplacement de pile.

Related Posts with Thumbnails

6 thoughts on “Microsoft Confort Curve Keyboard 2000”

  1. Et en plus le qwerty suisse est en réalité un qwertz 😉 Mais c’est la seule différence avec le clavier américain (le z et le y) et je trouve ça génial! Mon Mac me permet de passer du clavier suisse au clavier américain sans problème (il faut tapper à l’aveuglette pour le suisse, mais on s’habitue vite) et c’est vraiment pratique.

    Pour la souris et le clavier sans fil, j’ai jamais eu ce problème, vue que je n’utilise que des portables…

  2. Voui, tu as des réminiscences des US, Vilay, où le qwerty est roi… Ma douce moitié est comme toi, il est resté à l’azerty, même si cela fait 10 ans qu’il est établi en Suisse :o).

    Et justement, hier, invités c/o des amis, nous nous posions la question de savoir pourquoi le clavier n’a pas évolué. Apparemment, il fut un temps où il fallait aller moins vite pour permettre aux machines de suivre la frappe. Certaines lettres fort utilisées étaient donc destinées aux auriculaires, par exemple (pour ceux et celles qui utilisent leurs 10 doigts – ce n’est pas mon cas), de sorte à ralentir la vitesse de frappe. Aujourd’hui, cela ne se justifie plus. Pourquoi donc le clavier n’a-t-il pas encore été réorganisé ? Oui, il nous serait difficile de switcher, après 10, voire 20 ou 30 ans de pratique avec un ancien clavier. Mais pour les jeunes générations ?

    Bonne soirée

  3. Il y a tant et plus d’explications sur le net. Mais ce qui revient souvent est finalement un peu différent de ce que je disais:

    “Le clavier Qwerty a été conçu en 1868 à Milwaukee par Christopher Latham Sholes en répartissant aux opposées du clavier les touches correspondant aux paires de lettres les plus utilisées dans la langue anglaise afin d’empêcher les tiges (portant les caractères) des machines à écrire de l’époque de se coincer. Essayez de presser simultanément deux touches voisines sur une machine à écrire et vous verrez qu’elles se coinceront. Le clavier Qwerty (et par extension les claviers Qwertz et Azerty) a donc été conçu dans une optique purement technique, à l’encontre de l’ergonomie et de l’efficacité. Ce clavier a été vendu à l’entreprise Remington en 1873.
    Aujourd’hui avec les ordinateurs, il n’y a plus de petites tiges de fer qui s’emmêlent, et certains ont imaginé des claviers différents. Ainsi le clavier Dvorak a été mis au point en disposant sur la ligne centrale l’ensemble des voyelles de l’alphabet et les cinq consonnes les plus utilisées, de façon à permettre leur accessibilité tout en favorisant une bonne alternance entre main gauche et main droite. D’autre part les lettres de l’alphabet les plus fréquentes ont été placées au centre du clavier.

    Différentes études ont montré que les apports du clavier Dvorak en matière d’efficacité étaient maigres dans la pratique et que l’effort demandé pour passer du clavier Azerty ou Qwerty au clavier Dvorak était trop lourd pour que cela soit nécessaire, cela explique pourquoi tous les ordinateurs sont encore aujourd’hui équipés du clavier Azerty/Qwerty/Qwertz”

  4. En fait à l’époque j’avais appris à taper sur qwerty mais en revenant en France, avec les accents, les ç et autres, j’ai dû me mettre à l’azerty.
    Quant à l’efficacité de tel ou tel clavier, je sais que ça ne marcherait pas pour moi. J’ai comme un rythme de croisière un peu près pareil sur les deux claviers.
    Quand j’apprenais, mon record était de 47 mots anglais par minutes. Pas très extraordinaire.

  5. Anne,
    Il en avait également une vieille chez nous et comme toi, c’était un plaisir de coincer les tiges.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *