Les deux Goumois

Le Doubs sépare deux communes qui portent le même nom, Goumois.  A l’origine, ils ne formaient qu’un seul village que le Traité de Vienne de 1815 a séparé. De nos jours, les deux communes constituent un des points de passage entre la Suisse et la France mais les communes restent peu peuplées (200 habitants côté français et moitié moins côté suisse). Le Doubs et les paysages environnants attirent de nombreux touristes.


Le pont qui sépare les deux communes au dessus du Doubs.


Une maison sur la rive française


Le Rocher du singe (Suisse)


Les deux communes ne survivent que grâce au tourisme. Il y a bien longtemps que cette pompe à essence a dû servir pour la dernière fois. Toutefois, le Goumois suisse à l’avantage d’avoir un arrêt de bus qui le dessert, contrairement à la partie français, service public suisse oblige.


Des deux côtés, hôtels et restaurants offrent une vue unique sur la rivière.   Ici une terrasse en Suisse avec le poste de garde-frontière en activité; le poste français semble être fermé.

Découvrez aussi l’histoire passionnante du coin.

Sacrées mouches

Nous étions heureux de quitter Strasbourg campagne et ses moustiques à gogo pour nos altitudes ou cet insecte semble inconnu.  Je pense que sa rareté s’explique par le le manque d’eau stagnante et même de rivières:  en effet, même si la Suisse est considérée comme le château d’eau de l’Europe, dans les Franches-Montagnes, les points d’eau et singulièrement les rivières sont rares.  L’eau s’infiltre directement dans le sous-sol pour ne rejaillir que bien plus tard et alimenter les lacs des plateaux.

En revanche, nous sommes envahis de mouches en été.  Elle sont inombrables et envahissent l’appartement chaque jour et chaque jour Pumpkin aidée de notre fils qui les repère comme un champion leur donne le coup de grâce.  Ce n’est que momentanné, le temps de passer un nuit tranquille car nous savons pertinamment qu’elles réapparaîtront le lendemain.  Es-ce parce que nous sommes une région d’élevage qu’elles sont si nombreuses?  J’attends avec impatience les premiers froids seuls capables de mettre un terme à leur présence.

Dr Pepper en Suisse

dr Pepper

Je suis tombé dessus par hasard au chez Migros de la gare de Berne dans la partie boissons/bières, vins et liqueurs. Il était coisé entre un A&W et d’autres Root Beer. Je savais que Pumpkin apprécierait cette petite surprise alors j’en ai pris deux cannettes, juste pour retrouver un goût oublié.

Le résultat a été le même pour moi qu’en 2001, date à laquelle je l’avais essayé pour la première fois (parmi tant d’autres). Seul inconvénient: son prix qui doit battre des records mondiaux; imaginez payer près de 3 CHF pour un cannette!

Petite leçon de géographie suisse

J’aime les Suisses Allemands. Ils sont la raison principale de ce qui fait la Suisse et après tout ils représentent presque 70% de la population mais lorsqu’on tombe sur la petite leçon de géographie de Marie-Thérèse Porchet (Joseph Gorgoni), on ne peut s’empêcher d’avoir un petit sourire en coin à l’évocation des « les Bourbines ». A voir et à prendre au second degré.

Des chevaux et des hommes

Dans de nombreux villages du Jura, les chevaux vivent parmi les hommes. C’est possible car dans certains coins, il n’y a pas de trottoirs mais de hautes herbes pour les bêtes.

null


On croise aussi fréquemment de nombreux wagons. Ils se louent avec le cheval pour des escapades sur les chemins. Pas étonnant que les Franches-Montagnes soient souvent comparées au Far West.

607 et démographie

Non, ce n’est pas le numéro de la dernière Peugeot mais le nombre de naissances l’année dernière dans le canton du Jura, un chiffre inférieur de 30% de celui d’il y a cinq ans. La situation ne serait pas si catastrophique si le nombre de départs du canton était compensé par le nombre des arrivées, ce qui n’est pas le cas. La conséquence immédiate a été la fermeture de 4,5 classes enfantines cette année et d’une demi-classe élémentaire.
Une officielle s’est exprimée sur le sujet à télé et à la question: “pourquoi les Jurassiens ne font plus d’enfants?” de la journaliste, elle n’a répondu que par la recherche d’une amélioration de la situation économique des jeunes. Certes, il faut aider les jeunes mais le Jura, comme le reste de la Suisse souffre d’un déficit criant de crèches et si on ne bénéficie pas de l’aide d’un grand-parent pour la garde des enfants, la situation devient très difficile.

Le Jura reste cependant le canton avec la natalité la plus forte de la Suisse mais contrairement aux autres, il ne bénéficie que très peu de la migration inter-cantons et de la migration de l’étranger. A terme cependant, c’est toute la Suisse qui souffrira du déficit de naissances: comme chez toute population, il existe une dépendance au niveau des enfants et une dépendance au niveau des personnes âgées. Si la Suisse bénéficie d’une immigration appréciable (20% de sa population est étrangère), cet afflux reste toujours insuffisant pour faire face au vieillissement de sa population et aux problèmes qui vont résulter de ce vieillissement (baisse de la population active, manque de dynamisme de l’économie). Le Japon et l’Allemagne, les modèles économiques des années 80 souffrent déjà d’une longue histoire de leur dénatalité qui mine leur économie.

A terme, avec la natalité de nombreux pays occidentaux (1,2 à 1,5), c’est la disparition pure et simple de ces pays qui est en jeux: les démographes prévoient qu’avec des flux de migrations compensés et avec une telle natalité, un pays voit sa population baisser de 40% par génération! Il faut bien entendu que ce phénomène dure depuis assez longtemps pour qu’il affecte les générations en fin de vie. A partir de ce moment, la baisse est inéluctable et peut être difficilement compensée par l’immigration, aussi massive soit-elle.

Dans l’hypothèse où la natalité reste inchangée, les calculs donnent le vertige. En comptant trois générations par siècle, il reste au bout de 100 ans 0,6*0,6*0,6 soit 0,216 soit environ 21 % de la population originale. Sur deux siècle, c’est encore plus parlant 21%*21% soit environ 5% de la population originale. Autant dire que la majorité des petits pays auront disparus, et ce en moins de temps qui nous sépare de la Révolution française.

La situation n’alarme pas car elle est soit ignorée, soit sous-évaluée. Après tout, ces données semblent invisibles dans le théâtre de nos vies. Invisibles? Sauf dans des petites entités comme le petit canton du Jura. De 19 élèves qui fréquentaient l’école enfantine de mes enfants, il ne sont plus que 15 cette année, et encore sur deux ans. Et sur ces 15, 2 sont les miens. Je comprends mieux la gêne d’une des maîtresses lorsque je lui ai parlé de déménagement.

De La Neuveville au Landeron

Le but véritable de la marche avait été de rejoindre La Neuveville à l’île de St-Pierre sur le lac de Bienne. La distance et l’heure tardive nous ont décidé à revoir nos ambitions à la baisse et à reprendre le train dans la commune du Landeron.

La Neuveville
La promenade de la Neuville.

La Neuveville

La Neuveville
Le lac de Bienne, toujours aussi beau.

La Neuveville
Voilà une manière originale de parquer son vélo. Notez qu’il n’est même pas enchaîné.


Le Landeron au loin.


Encore lui! Décidément, on le voit partout sur les lacs. Ici, l’orange boat passe du lac de Neuchâtel au lac de Bienne par le canal de la Thielle, qui délimite le canton de Neuchâtel du canton de Berne mais qui délimite également la frontière linguistique entre le français et l’allemand dans ce coin.


Si Le Landeron n’est pas le paradis, c’est le pays du lait et du miel avec tous les fruits qui y poussent.


L’entrée de la vielle ville du Landeron.


La place centrale de la vieille ville.


Choisissez votre langue.

La police suisse partout dans le monde

Helvetica est une police de caractère inventé il y a plus de cinquante ans par Max Miedinger, un typographe de Zurich qui voulait des lignes sans empattement aussi claires et neutre que possible. Son nom provient de Confoederatio Helvetica, la dénomination latine de la Suisse, plus facile pour la diffusion internationale.

helvetica new york

Graphiquement très réussi, il est utilisé internationalement dans le quotidien, même si, en 1982, Windows lui préfère Arial, qui lui ressemble même si un œil entraîné peut faire la différence. Mac OS X et tous les autres produits Apple l’utilisent exclusivement. Une raison de plus pour que notre prochain ordinateur soit un Apple.

Un film est même sorti en 2007 pour le cinquantième anniversaire de la fonte de caractère. Il s’appelle simplement Helvetica.

L’ambassade des Etats-Unis et le Rosengarten à Berne

Nous sommes allés hier à l’ambassade des États-Unis à Berne pour un acte notarié afin de remplacer le passeport “perdu” par le père de l’aînée de Pumpkin. Nous avons effectué la démarche même si j’ai de gros doute qu’elle vienne cet hiver.

L’ambassade, qui a également une section consulaire a un dispositif de sécurité impressionnant: outre les deux militaires suisses en faction et le personnel suisse du service de sécurité, j’ai pu observer des gardes pistolets-mitrailleurs au poing. Seul Matt Damon (Jason Bourne) pourrait peut-être passer à travers les mailles du filet.

On en a profiter pour se balader dans la capitale. Berne, c’est une ville à la campagne entourée de hautes collines. Nous avons gravi l’une d’elles pour nous retrouver dans l’un des plus beau coin de la cité, le Rosengarten qui offre un point de vue unique sur la vieille ville. C’est un lieu de repos qui attire beaucoup de monde venu se détendre dans un lieu de verdure.

Rosengarten berne

Swiss Masaï

Elle a ses magasins partout en Suisse et elle se développe à l’international; je veux parler de la chaussure MBT (Masai Barefoot Technology), la chaussure à grosse semelle. J’ai été intrigué au départ par sa grosse semelle arrondie mais apparemment, le design est censé vous faire marcher comme un Masaï en ménageant vos articulations, en exerçant vos muscles et en vous obligeant à avoir une posture droite.

Moi je serais intéressé, rien que pour le maintien du dos mais le prix me paraît quelque peu prohibitif (environ 300 CHF les pompes).

Le pont Charles

Le pont Charles relie le quartier de Mala Strana au quartier de la Vieille Ville. C’est le passage incontournable du tourisme de Prague avec son flot incessant de visiteurs qui s’arrêtent pour prendre des photos, pour acheter un souvenir chez les revendeurs, pour admirer les statues tous le long du pont ou pour écouter les musiciens qui ajoutent à l’ambiance. Le principal problème est d’arriver à se frayer un passage.

Related Posts with Thumbnails