Charmey

Charmey est un village du Canton de Fribourg situé au niveau des pré-Alpes suisses. C’est le genre d’endroit que je choisirai pour ma retraite: calme, en montagne, typique, simple et beau. C’est une station qui attire les touristes aussi bien en été qu’en hiver.

C’est un paradis pour les amateurs de parapente. Il y a un téléphérique qui vous dépose au sommet d’une montagne.

Beaucoup de maisons sont en bois: j’adore!

En vous éloignant du centre, prenez le chemin des Arses et vous arriverez sur le lieu-dit du même nom dont l’origine remonte à plus de mille ans.

Une petite chapelle s’y trouve qui vaut le détour. Le coin est calme. On entend une petite rivière qui couvre le chant des criquets.

Venez nombreux sur mon blog et un jour peut-être je pourrais m’offrir cette maison.

Je n’ai jamais vu de manière plus originale pour refroidir son lait.

Related Posts with Thumbnails

8 thoughts on “Charmey”

  1. Et hop je rajoute a ma liste de choses a voirdes que le temps et mes enfants se portent mieux. Entre toi et Pumpkin, je n’ai pas besoin de chercher ailleurs pour nos fututres visites, generalement, vous allez quelque part et je vous suis, je suis un peu un copycat !

  2. Dans 2 semaines je suis en Suisse, dans 2 semaines je suis en Suisse, dans 2 semaines je suis en Suisse… Vous êtes déjà allés à Gruyère? et à Morat? Ahhhhhhh que la Suisse me manque!!!!!!

  3. Superbes photos!
    En revanche pour y passer sa retraite çà va être difficile, la retraite est à 65 ans en Suisse et il y aura bientôt une votation pour passer à 67 ans car l’immigration ne compense pas les 1,42 enfants par femme en Suisse. Finalement la France s’en sortira pas si mal que çà grâce au 2 enfants/femme dû à une politique familiale et sans doute l’effet RTT qui permet de passer plus de temps avec ses enfants qu’au travail.
    En plus tout comme en France, même si la Suisse fait mieux, l’emploi des seniors fait que 35% des salariés ne travaillent plus au-delà de 55 ans car foutus à la porte.
    La Suisse ne fait pas dans le social :)) bonjour le manque de crêches et les enfants qui sortent tôt de l’école!!!

  4. En fait de retraites, mes parents, qui sont arrivés en Suisse en 1988 (donc mon père avait 38 ans), (et qui sont citoyens suisses depuis une dizaine d’années) ne vont pas pouvoir passer leur retraite en Suisse et seront obligés de repartir en France, parce qu’ils n’auront pas assez cotisé au système suisse pour recevoir assez pour continuer à vivre en Suisse! C’est dingue, non?

  5. Sissi, bien heureux de t’aider. Nous choisissons généralement au petit bonheur la chance et comme il y a plus de 2000 communes en Suisse, on a de quoi faire.
    Dr Caso, on est passé par Morat en train sans sortir. Même chose pour Gruyère qu’on a vu du bus mais dont on ne savait pas que le village serait si proche. Mais ce n’est que partie remise pour les deux. Pour ce qui concerne tes parents c’est dommage. N’y a-t-il pas de minimum vieillesse pour s’en sortir?
    Guillaume, je n’ignore pas que la Suisse va probablement passe au 67 ans dans un avenir proche, d’ailleurs je me fais très peu d’illusion sur la retraite que ce soit en Suisse ou en France. La retraite était une bonne idée pour les générations du baby-boom et je crois faite pour elles mais qui ne marchera pas pour les générations suivantes, la nôtre et les suivantes que j’appelle les générations sacrifiées. Advienne que pourra.
    La France se voile la face si elle croit qu’elle échappera au phénomène du vieillissement de sa population. Certes, le seuil du remplacement des générations est pratiquement atteint, mais comment dire, le pays est embourbé dans un nombre incalculable de dogme comme la retraite par répartition qui va imploser, c’est sûr vu le rapport cotisant/retraité du futur et je ne vois pas la population changer de mentalité dans le futur. Le gouvernement voit certes le problème mais a peur de l’annoncer de but en blanc à la population et avance à reculons et passant maintenant la durée légale de l’âge de la retraite à 60 ans mais la durée de cotisation à 41 ans. Si ce n’est pas de l’hypocrisie….
    La Suisse est très dure lorsqu’on a des enfants et j’en sais quelque chose. Il y a un manque criant de crèches. Je pense qu’en ce qui concerne le travail des séniors, la France est également en mauvaise posture comparé au niveau européen. En général, pour les deux pays, l’emploi des plus âgés devra se généraliser vu encore une fois la courbe démographique catastrophique.
    Pour ce qui est de la natalité en Suisse, il semblerait qu’il y ait un léger frémissement: la natalité se situait à 1,39 en 1996 au creux économique et est remonté à 1,45 l’année passée. Le début 2008 semble confirmer la tendance. Certes, il n’y a pas de quoi pavoiser. Reste à espérer qu’on atteindra au moins le renouvellement des générations.
    Les 35 heures ont appauvri la France. J’ai récemment vu un reportage sur les pauvres de la fonction publique en France. Même les enseignants qui reprennent toujours en cœur le couplet: “au moins on a la sécurité de l’emploi” se rendent compte qu’il y a quelque chose qui ne va plus. La sécurité de l’emploi une dinde dont ils sont la farce s’il perdent autant que cela en pouvoir d’achat et si leur précarité augmente.

    P’tain Dr Caso, tu m’as foutu le blues. M’en fout je reste en Suisse et je bosse jusqu’à que mort s’en suive. Il y a un tas de gens qui sont venus dans la force de l’âge et qui apparemment sont toujours ici.

  6. Les Suisses ont droit aux prestations complémentaires à l’AVS et au 2e pilier… pour les étrangers ça dépend je crois de la durée de cotisation, mais ça devient de plus en plus restrictif, l’AVS prenant l’eau de toute part.

    Nous sommes tout aussi mal barrés que la France, il n’est du tout dit que nous ne soyons pas au début d’une grande dépression ou grande crise déflationniste mondiales (je crois qu’il avait fallu 20 ou 25 au Dow Jones pour retrouver son niveau d’avant le crack de 1929) et le fait que les cotisations soient placées pour moitié en actions et pour moitié en obligatation (je simplifie – et d’ailleurs il peut aussi y avoir un crack obligataire) n’est pas une garantie d’un système plus pérenne…

    Nos atouts sont là, c’est sûr, système de formation performant, réseau extraordinaire de PME ultra-compétitives, etc. mais face à un Etat fédéral et à des cantons lourdement endettés et un vieillissement spectaculaire avec un système de santé à la fois coûteux et injuste, pour peu que l’apport de “viande fraîche” s’interrompe (nul ne garantit la non plus la bonne marche actuelle de l’économie ni la permanence des accords bilatéraux), les perspectives sont également sombres, pour nous Suisses.

  7. Oui, c’est charmant Charmey, comme toute la Gruyère d’ailleurs.

    Pour revenir au tourisme, deux ou trois autres petites idées de balades, pour connaître encore mieux notre beau pays.

    Le Diemtigtal, une vallée magnifique, totalement préservée (malheureusement difficilement accessible en car postal, la voiture est recommandée)

    Guarda, Ardez, la Basse-Engadine… l’automne, je ne connais pas de plus bel endroit au monde, quand l’or des mélèzes resplendit sous un ciel opalescent

    La ville de Soleure, la plus belle de Suisse, à mon avis (avec Schaffhouse), baroque, presque “romaine”, avec une forte empreinte française

    La ville de Schaffhouse, magnifique, bien retapée après les bombardements (par erreur) de 1945

    L’Appenzell (Rhodes-Intérieures), magnifique d’équilibre dans l’humanisation extrême du paysage

    Les tourbières de Rothenthurm, un petit air d’Ecosse…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *