Le tour de Romandie

Le tour de Romandie est passé par chez nous, juste peu de temps avant de partir en long week-end end du premier mai. Le temps n’était pas favorable avec une pluie glaciale mais ce n’a pas empêché le public d’assister nombreux à l’arrivée des coureurs.


C’était l’heure de sortie du boulot et beaucoup de travailleurs dont de nombreux frontaliers ont dû prendre leur mal en patience.

Voulez-vous travailler pour Google Zurich?

Tout le monde a entendu parler de la manière dont Google s’occupe de ses employés. Le bureau de Zurich pousse le concept à l’extrême en ce qui concerne les moyens mis en œuvre pour que les employés se sentent au maximum à l’aise; oubliez le costume-cravate, chez Google, les employés sont déchargés de tout ce qui pourrait les empêcher de travailler efficacement. L’ambiance est ludique, les repas sont gratuits, les jeux sont légion et les employés viennent de tous les pays.
La seule obligation est d’être brillant. Il n’est donc pas étonnant que l’entreprise est l’une des plus rentable de la planète.

Les offres d’emploi se trouvent ici.

L’UDC et la naturalisation

L’UDC refait parler d’elle par le biais d’une nouvelle image visible dans n’importe quel journal gratuit ces temps-ci.

Le1er juin 2008, le peuple suisse est invité à se prononcer sur l’initiative (UDC) “pour des naturalisations démocratiques“. Si elle passe, l’octroi de la nationalité se ferait sur vote, comme ce fut le cas dans certaines communes avant 2003, date à laquelle le Tribunal fédéral avait banni cette procédure, la jugeant discriminatoire.

A mon avis, même si le recours au vote peut apparaitre démocratique, le peuple ne peut pas se substituer à la loi quant au statut d’une personne; nous n’en sommes plus au temps des esclaves lorsque quelques individus décidaient souverainement du sort d’un être humain. Et sur quel critère d’ailleurs, sinon sur la couleur de la peau, la religion ou le pays d’origine? Remarquez au passage les mains plus ou moins basanées de l’affiche… A l’époque, ce sont les décisions iniques d’une commune alémanique qui avait mis le feu aux poudres, car les personnes originaires des Balkans étaient systématiquement écartées.

Quand nous en serons au temps des limaces

La météo clémente nous pousse a reprendre nos promenades du soir qui sont chaque fois un enchantement que l’hiver avait estompé. Il y a des signes qui ne trompent pas sur le retour définitif du printemps: outre les grosses gouttes d’averse par grand soleil, il y a le retour des limaces. Il y a un an presque que nous sommes venus et à l’époque les limaces avaient déjà une taille respectables; elles n’avaient disparu qu’avec les grosses chaleurs de juillet. Après, les feux des bûcherons sont à nouveau visibles emmenant çà et là de la pointe des sapins et ceci pour toute la belle période.



coucher de soleil
Le soleil se couche; il est temps de rentrer.

L’accent suisse

Je l’ai entendu pour la première fois sortir de la bouche de ma fille aujourd’hui au détour d’une phrase. Il était léger bien sûr; il s’est débusqué dans le ton de la phrase qui monté sur un mot alors qu’en France il serait resté constant à ce moment là. Les enfants sont très perméables aux accents nouveaux. Je pense qu’ils s’en imprègneront de plus en plus mais il sera toujours plus discret que chez un Suisse du cru.

A travers les Franches Montagnes

En ce samedi après-midi, le soleil a enfin décidé à percer les nuages et la tentation fut trop grande pour nous pour ne pas sortir nous dégourdir les jambes. Aussitôt dit, aussitôt fait et nous voilà partis pour 10 km de marche à travers les Franches Montagnes, de quoi bien se décrasser.

Une dernière vue sur notre village.

Toujours ces éternels murs en pierres sèches.

Fini le spleen quand la nature se réveille. Les souvenirs de l’année dernière remonte alors que les chevaux paissent à nouveau dans les prés.

Mais nous sommes encore au printemps, donc attention aux averses de grêle qui vous obligent à remettre le capuchon, le temps que ça passe.

Nous sommes arrivés à destination après trois heures de marche, un peu fourbus mais heureux d’avoir les joues rouges de cet air vivifiant de la montagne.

Yoplait arrive en Suisse!

Enfin, fini d’envisager d’aller en France pour acheter des yaourts, fini les yaourts dégueux vendus à l’unité de ce côté du Jura; dorénavant, la marque à la petite fleur va vendre ses yaourts en Suisse dès le 14 avril prochain dans les magasin coop en Suisse romande et dans les hyper du groupe en Suisse alémanique. Vendus sous licence de la société suisse Nutrifrais, le goût devrait être pareil, la seule différence résidant dans la quantité de sucre et dans l’utilisation de lait suisse (on ne s’en plaindra pas).

Le messager de la bonne nouvelle.


Fucking Matt Damon, Ben Affleck and Obama

Ça aurait pu être du seesmic avec une sorte de conversation vidéo entre Sarah Silverman et son petit ami Jimmy Kimmel. C’est drôle en tout cas et les vidéos ont été vues des dizaines de MILLIONS de fois. Y participent des célébrités. La troisième vidéo est une parodie. Si vous ne comprenez pas l’anglais, tant pis pour vous. Je ne vais pas traduire.

Sur une idée un courriel de Pumpkin bien sûr.

Jura et Jura bernois

Voilà que l’on reparle de plus en plus de l’unification des deux Jura, le canton du Jura et ce qu’on appelle le Jura bernois qui se compose essentiellement de la partie francophone du canton de Berne hormis la ville de Bienne. L’unification des six districts (Delémont, Porrentruy et les Franches-Montagnes) pour le canton du Jura, (Courtelary, Moutier et la Neuveville) pour le Jura bernois.

Pour arriver à ses fins, le Jura est même prêt à sacrifier le statut de sa capitale actuelle, Delémont (11 000 habitants) pour une nouvelle capitale située dans le Jura bernois, Moutier (7 500 habitants!). Il est vrai que les habitants du Jura bernois ne sont pas très chauds pour se rattacher au Jura (qui a fait sécession du canton de Berne en 1979) à cause de ses différences: le Jurassien est perçu comme spécial, rustique, bourru et en plus il est majoritairement catholique. “L’autre Jura” se verrait plutôt comme faisant parti d’un grand ensemble comprenant le grand arc jurassien, c’est à dire non seulement les deux parties citées ci-dessus mais également le canton de Neuchâtel.

Au fait, vous ai-je dis qu’il existait des frictions entre la partie haute du canton de Neuchâtel (en gros: La Chaux-de-Fonds, Le Locle) et la partie basse (en gros la ville de Neuchâtel et alentours). Le haut se sent lésé et certains envisagent la création d’un demi-canton. Ah les querelles de côcher!

Related Posts with Thumbnails