P’tet qu’on va bouger

Cela fait bientôt dix mois que nous vivons dans les montagnes jurassiennes et franchement, j’en ai raz la patate. Je viens de me découvrir sur le tard une âme de citadin habitué à l’agitation d’une grande ville (en Suisse, comprenez une commune de plus de 20 000 habitants). Ce n’est pas que je n’aime pas la nature, bien au contraire mais le grouillement cosmopolite m’attire plus que la tranquillité d’un microcosme sympa mais ennuyeux. Est-ce l’effet de l’hiver? Peut-être que la dernière neige tombée cinq jours après le début du printemps n’a pas du tout aidé.

En tout cas ce fut pour Pumpkin et moi l’excuse, l’occasion de sortir à Bienne en ce samedi ensoleillé pour prendre la température (au sens propre comme figuré) de la ville car c’est là je pense que nous allons déménager. Sauf imprévu. Et les imprévus, chez nous sont légions, vous le savez bien. Comme je l’ai déjà dis, Bienne est une ville vraiment bilingue avec environ 40% de francophones et dont le nombre augmente ces dernières années. Pumpkin a flashé pour la petite ville attenante de Nidau, mais les francophones n’y représente que 20% et la ville n’est officiellement qu’alémanique parce que les francophones y sont d’arrivée récente. Mais pour moi, il n’est pas question que j’envoie mes enfants dans une école de langue allemande. Ils iront dans une école de langue française avec un apprentissage de l’allemand, bilinguisme de Bienne oblige.

Mais ne nous avançons pas trop. Tout pour l’instant, n’est qu’à l’état de projet et de prospection.

Conseil sécurité aux voyageurs

D’après le site internet du ministère des Affaires étrangères pour les conseils sécurité aux voyageurs, voici ce qui est écrit pour la Suisse:

“Les accidents de montagne qui se produisent régulièrement, appellent une fois de plus à la prudence lors de telles expéditions.

Les visiteurs doivent rester attentifs à l’existence d’une petite délinquance (vols) dans les gares, les aéroports et les transports publics des grandes agglomérations.

D’une manière générale, l’attention des visiteurs peut aussi être appelée sur le respect nécessaire de la réglementation et des usages locaux (code de la route).”

Booooo, ca fait peur, ca! C’est vraiment chercher la petite bête pour écrire quelque chose sur la Suisse.

Boycott Beijing Olympic Games. Free Tibet.

Des petits grains de sable semblent se glisser dans le concert des cyniques qui se moquent de la répression au Tibet. Pour cette raison, Frog You maintiendra la bannière de Reporters sans frontières et vous appelle à faire ce que vous pouvez pour soutenir le Tibet.

La cérémonie de la torche a été quelque peu “mouvementée”.

Sous la neige

Admirons les talents de photographe de Pumpkin qui réussit à capturer la boule de neige avant qu’elle ne l’atteigne.

Le train est toujours en service malgré la tempête qui s’est abattue.

Il y en a bien qui essaient de dégager l’avant de leur maison mais c’est peine perdue à mon avis, la neige aura tôt fait de réduire leurs efforts à néant.

vivreici.ch

J’ai viens de découvrir un site fort intéressant, vivreici.ch qui regroupe les témoignages vidéo d’étrangers venus s’installer en Suisse. Ils nous racontent leurs différentes expériences qui les ont marquées, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. J’ai choisi deux exemples.

Chloé, de France:

Tony de Belgique:

Haki d’Irak:

C’est un précieux témoignage de l’immigration en Suisse pour les générations futures.

N-ième tempète de neige

Elle a commencé hier soir. Stop.

Elle est accompagnée de vent violents qui ont soufflé toute la nuit. Stop. Un vrai blizzard. Stop.

La commune a organisé aujourd’hui une chasse aux œufs de Pâques pour les enfants. Stop. Par n’importe quel temps ont-ils précisé. Stop. J’ai comme un doute. Stop.

Ben ce sera sans moi de toute façon. Stop. J’ai bien l’intention d’avoir mon long week-end de Pâques (4 jours) les fesses au chaud. Stop.

Interlaken

Interlaken, nous voici! C’est par un dimanche ensoleillé et une température printanière que nous nous sommes rendus à Interlaken, dans l’Oberland bernois. La ville porte bien son nom car elle se situe entre deux lac, la Thuner See et la Brienzer See et elle est également entourée par un écrin de sommets alpins.

La ville donne l’impression d’un Saint-Tropez des Alpes, avec ses cohortes de touristes américains, anglais, chinois, japonais et indiens qui contribuent au côté cosmopolite d’une ville qui joue à fond la carte du luxe et du folklore suisse, à l’excès.

Non, vous ne rêvez pas, il y a bien un hooters au pied de l’Eiger.

Il faut sortir de la ville pour trouver ce que l’Oberland bernois a vraiment à offrir. En marchant le long de la rivière Aare qui traverse la ville en direction de l’est, on peut prendre un petit chemin à flan de montagne, juste au dessus de la voie de chemin de fer.

On découvre alors des points de vues impressionnants sur le lac Brienzer See de couleur opale.

Et on atterrit dans le village de Ringgenberg avec ses chalets traditionnels alignés face au lac.

Un franc suisse vaut un dollar

La parité (et même un peu plus) a été atteinte aujourd’hui. Depuis quelques jours je guette la chute inéluctable de la monnaie américaine en me demandant quel jour un franc suisse vaudra un dollar américain. Pumpkin s’en est rendue également compte aujourd’hui en échangeant le billet vert à la banque et pour la première fois elle a obtenu moins de francs qu’elle n’a donné de dollars. D’un côté, c’est pratique car la comparaison est plus simple: on se rend compte qu’ici, un simple ouvrier gagne un salaire supérieur à un cadre américain mais le coût de la vie est également supérieur.

dollar franc suisse

5 choses que vous ne savez pas sur moi

J’ai été tagué par Y a pas le feu au Lac pour vous dire 5 choses que vous ne savez pas (encore) sur moi. Le problème, c’est que vous savez tout sur moi depuis le temps que je tiens ce blog. Je vais tout de même essayer

1. J’ai été marié une fois déjà. La deuxième fois est la bonne.

2. Je déteste l’odeur de la cigarette. Vivement qu’ils l’interdisent dans les lieux publics en Suisse; je sais que ça va venir car ils l’ont déjà fait pour le canton de Genève.

3. Je n’aime pas le poulet, les escargots, les grenouilles….enfin tout ce qui rampe, saute et est visqueux.

4. Je peux vous dire la population de tous les pays du monde au million près.

5. Je travaille dans l’horlogerie (suisse bien sûr).

La montagne et le plateau

Alors que dans nos montagnes jurassiennes, le temps est plutôt à la neige et au froid, nous avons décidé de nous inonder de soleil en descendant sur le plateau et en retournant à Neuchâtel.

Six cent mètres plus bas donc, la température est tout autre, vraiment printanière. Les fleurs et les jeunes feuilles montrent déjà le bout de leur nez.

Qu’il est agréable de déambuler dans le jardin anglais!

La ville fête encore sa séparation du roi de Prusse et la proclamation de la République.

Un petit air de printemps, je vous dis…

La ville peut se targuer de posséder énormément de peintures murales (et de graffitis, malheureusement d’ailleurs un comité de citoyens a décidé de s’attaquer au problème). Place au beau donc.

Après le lac de Léman, je vous invite à une petite promenade sur les bords du lac de Neuchâtel.

Vol-au-vent

En passant par les allées du magasin comme je le fais pratiquement chaque jour, j’ai remarqué ce qui m’est apparu comme des bouchées à la reine et que j’ai immédiatement mis dans mon panier car il y a bien une éternité que je n’en ai pas mangé. On les appelle vol-au-vent ici. Ce n’est pas la première fois que je lis ce mot: à diverses occasions, j’ai bien vu que des restaurants en proposaient comme plat du jour car son nom, aussi imagé que celui qu’on utilise en France excite l’imagination.

En vérifiant sur Internet, il paraît que la pâte est légèrement différente mais je crois qu’en gros, on mange le même plat. Réponse ce soir.

Tombe la neige

C’est la troisième grande offensive de la neige cet hiver alors que je nous croyais déjà au printemps. C’est oublier bien vite que nous sommes en montagne et que le temps est si changeant. En effet, cela fait trois jours qu’il neige toute la nuit et le matin alors que l’après-midi est ensoleillé. La neige est bien grasse; elle s’accroche à tout et retarde les frontaliers sur le chemin du travail.

Related Posts with Thumbnails