Sortir de l’Union européenne

Ceux qui me suivent depuis un certain temps savent que je suis totalement contre la construction de l’UE. Il y a deux ans déjà, le peuple français a voté et rejeté massivement la Constitution européenne mais que voit-on aujourd’hui? Des chefs d’Etats se mettant d’accord pour faire approuver par leurs parlements et sans consulter leurs peuples une constitution “bis” qui ne veut pas dire son nom mais dont les fondamentaux, telle une représentation des affaires étrangères européennes ont été gardés, ce qui suppose bien une entité “nationale” européenne.

Quel mépris pour le vote du peuple et quelle différence avec ce qui se passe en Suisse. Ici chaque canton applique sa politique et on a vraiment l’impression que chaque voix compte, que chaque citoyen peut faire la différence, que si un problème venait à être soulevé, une votation serait alors décidé pour trancher. On ne va pas outre le peuple ici car le peuple est considéré comme responsable, pas comme en France par exemple où une certaine “élite”se permet d’imposer ses vues au seul prétexte qu’elle se considère plus à même de savoir ce qui est bien pour tout un chacun.

Quelle différence avec la Suisse, si fière de son drapeau, de son entité, de ses valeurs et de son indépendance. Les européistes n’ont de cesse de nous affirmer que l’UE est bonne pour l’économie, pour la paix, pour le cholestérol… Mais voilà, quand l’idéologie se heurte à la réalité, cette idéologie n’en a pas pour longtemps. La réalité, quelle est-elle? La Suisse possède un taux de chômage à faire pâlir n’importe quel dirigeant de l’UE (à l’exception du Luxembourg) grâce à une économie compétitive, innovative qui s’adapte bien aux exigences internationales et qui profite de la mondialisation. Ses valeurs et son système démocratique performant sont étudiés comme modèle dans le monde.

Je pense qu’il faut repartir sur des bases saines donc et sortons de l’UE. Ce n’est pas facile même d’affirmer cela car on se heurte à une hostilité incroyable sans compter le véritable lavage de cerveau des “unionistes” qui assènent des vérités toutes faites (paix, économie…) qu’il est de mauvais ton de questionner. De Gaulle avait en son temps affirmé qu’il ne servait à rien de demander “l’Europe, l’Europe, l’Europe” si on ne tenait pas compte des réalités et il comptait comme réalité l’indépendance des nations dont se moquent nos politiciens actuels. Indépendance et ouverture ne sont pas antinomiques, au contraire.

 



Related Posts with Thumbnails

5 thoughts on “Sortir de l’Union européenne”

  1. Je suis tout à fait d’accord avec ton raisonnement et je pense qu’il ne fallait pas rentrer dans l’union européenne ce qui n’est pas évident d’écrire puisque nous en sommes un des pays fondateur. A vrai dire je pense que l’Europe aurait pu être une bonne chose mais à vouloir trop en faire, trop uniformiser, … et bien on se retrouve dans une très mauvaise situation. Je pense qu’il serait bien difficile (pour ne pas dire impossible) de sortir de l’Europe cependant la réflexion est très intéressante. Je pense qu’il serait moins difficile de redresser l’état actuel de notre pays sans avoir l’union européenne sur le dos. Enfin les choses sont faites et il sera délicat de revenir en arrière. L’Europe est en train de devenir un grand n’importe quoi mais visiblement ça plait alors… Wait & see ^^

  2. Ce n’est certes pas impossible mais par exemple revenir au Franc comme monnaie m’apparait comme assez délicat cependant rien n’est impossible comme tu le dis. Reste à voir ce qui se prépare dans les mois/années à venir. En tous cas tu as rédigé là un très bel article 😀

  3. (futur ex?) européiste, mais je me soigne…
    J’ai très longtemps été une européiste “passive”, et manifesté à cet égard un moutonnisme intellectuel qui ne m’est pourtant pas familier. Mais plus le temps passe et plus je me documente sur la question, plus je me demande en effet si cet énorme machin d’une lourdeur étatique sans pareille est vraiment une bonne idée…

  4. Je pense qu’on a tous effectué le même chemin. A ma grande honte, j’avoue avoir voté “oui” à Maastchicht alors que je n’y avais pas vraiment réfléchi. Naïvement, je pensais que nos dirigeants ne pensait qu’au bien de la France alors que je me rend compte au fil du temps que leur grande ambition est d’entrer dans l’histoire en construisant la grande Europe sur les ruines des nations et de leurs peuples.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *