L’impôt Johnny

L’impôt Johnny, proposition de DSK qui visait à taxer les Français de l’étranger est définitivement abandonné par Ségolène Royal.  Elle s’est déclarée défavorable à une telle mesure lors d’un discours en Allemagne, mesurant sans doute l’impopularité de celle-ci.

Le départ de Johnny Halliday pour la Suisse est symbolique par l’émotion qu’il a suscité en France.  Personnellement, je comprends Johnny et je pense qu’en ce qui concerne les exilés fiscaux, il faut arrêter de verser des larmes de crocodiles quant à leur départ.  On ne peut raisonnablement pas les empêcher de partir de force et ceux qui se plaignent du manque de civisme ne font pas avancer le Schmilblick.  Pendant ce temps, la France pert 10 à 15 milliards de francs par an.

Rendons-nous à l’évidence, trop d’impôt tue l’impôt.  Je pense qu’il faudrait arriver à un seuil d’impôt raisonnable qui rende l’exil inattractif à:

Johnny à Gstaad, Patricia Kaas à Zurich, Amélie Moresmo à Genève, Charles Aznavour à Cologny comme Henri Leconte,  Isabelle Adjani à Genève, Yannick Noah à Montreux, Jean Alesi à Nyon, Alain Prost à Yens sur Morges, Alain Delon à Genève, Henri Verneuil à Lausanne, Maurice Béjart à Lausanne également, tout comme Christian Jacq, Marie Laforêt à Genève… Et je ne parle que des célébrités habitant en Suisse; j’oublie volontairement les capitaines d’industrie et les autres pays.  Arrêtons donc l’hypocrisie: les célébrités y gagneront et la France également.

Related Posts with Thumbnails

3 thoughts on “L’impôt Johnny”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *