Sourde colère

Nous roulions du côté du palais des congrès lorsque nous avons été surpris dans un bouchon.  La police réglait la circulation.  Le soir même, j’ai appris que Nicolas Sarkozy est venu à Strasbourg pour y faire un discours sur l’Europe (lui aussi).  Il a confirmé mes craintes quant à ce sujet en déclarant qu’il ferait voter un traité constitutionnel limité par le Parlement s’il était élu président.  J’ai senti monter en moi une sourde colère.  Une colère contre le mépris du vote des Français qui ont rejeté la constitution européenne, une colère à l’encontre de mon propre camp, la droite pour laquelle j’ai toujours voté.

Me sentant gaulliste dès mon plus jeune âge, j’ai toujours voté pour ce qui à l’époque était le RPR, un parti qui se réclamait du gaullisme. 

Or, je pense aujourd’hui que le général se retournerait dans sa tombe s’il voyait comment les politiques s’efforcent à en finir avec l’indépendance de la France.  L’Europe devait être celle des patries mais voilà que la machine s’est emballée, que nos politiques nous proposent une autre constitution que la Constitution française pour un plat de lentilles.  Car ne nous y trompons pas, il ne peut y avoir deux constitutions pour un même territoire; l’une prendra forcément le pas sur l’autre et dans ce cas, c’est la constitution européenne qui prévaudrait, rendant la Constitution française sinon caduque, du moins assujettie et impuissante, donc promise à une belle mort.

Certes, d’aucuns avanceront les mots de Confédération européenne, croyant leurrer à nouveau les peuples mais il n’est aucune confédération qui tienne.  La confédération suisse par exemple n’a de confédération que le nom mais elle est belle et bien une fédération car seule une fédération est politiquement viable.  C’est donc le cas qui serait le nôtre si par malheur la constitution européenne passait: une fédération de pays devenus simples provinces dont les décisions se feraient à la majorité relative (c’est une autre promesse du candidat Sarkozy mais de ce point de vu il est logique avec lui-même), donc une entité dont les pouvoirs régaliens échapperaient peu à peu aux peuples.  Encore peut-on espérer conserver quelques pouvoirs folkloriques pour nous donner l’illusion de l’indépendance.

C’est à en pleurer de rage.  Il faudrait secouer chaque Français pour lui faire comprendre à quel point le danger est réel.  J’ai ma part de responsabilité dans ce malheur: j’avais voté à l’époque pour le traité de Maastricht.  Maintenant, je n’espère plus que la fin de l’idée de ce conglomérat pour une Europe des patries.  Si la constitution européenne venait toutefois à être votée,décidée, pourrait-on revenir en arrière?  Je pense que oui.  

Je me refuse à l’idée de la fin de la France en tant que nation indépendante.  J’accomplierai donc ma part du combat.  J’ai rendez-vous cet après-midi avec mon maire pour une promesse de signature.  S’il ne devait pas y avoir de souverainiste au deuxième tour, alors pour la première fois je voterai blanc.

Related Posts with Thumbnails

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *