Situation ubuesque

Nous sommes alles dans les bureaux de l’immigration de Cincinnati pour voir ou en etait mon cas.  L’agent nous a dit que selon l’ordinateur, mon cas etait pendant a cause d’une demande de document supplementaire.  Elle pensait que c’etait du au sponsor ( ma femme en l’occurence) qui doit gagner au moins 29000 dollars par an pour une famille de cinq pour qu’il acceptent, ce qui n’est pas le cas.

L’agent a egalement precise que l’immigration ne fournissait plus des permis de travail provisoire depuis le mois de…septembre.  Elle a envoye un courriel au centre et nous a dit que l’on aurait une reponse par telephone la semaine prochaine.  Si c’est ce que l’on craint, alors nous seront obliges de retourner en France, si on trouve une solution pour y retourner car ce n’est pas gratuit.  Et puis la-bas, je ne vous dit pas, il n’y a rien de bon qui nous attends.

On n’est pas dans la merde.  J’attends mardi pour la reponse.  J’espere que ce n’est pas une question de fric, sinon cela voudrait dire que ce pays est vraiment pourri.  Si c’etait le cas, ma femme demandera le renoncement de sa nationalite americaine pour elle et pour les enfants.

Related Posts with Thumbnails

15 thoughts on “Situation ubuesque”

  1. C’est bien une question d’argent. Le fait qu’il faille un sponsor (qui est financiairement responsable) plus le cout de la procedure elle-meme, c’est une facon de refuser les immigrants sans le sous…

    C’est pas de bol pour le permis de travail provisoire. J’ai pu en beneficier et le service de l’immigration me l’a même remis le jour où j’ai deposé mon dossier (j’avais un entretien d’embauche de prevu). Mais c’était il y a 4 ans.

    D’une maniere generale je trouve le service de l’immigration US plutot souple et bien plus amical que l’administration francaise, donc il faut pas perdre espoir..

  2. Je te laisse un petit message pour te souhaiter bon courage et surtout bonne chance. I really feel for you. Nous sommes passés par là avec mon mari, l’histoire de sponsor et tout sauf qu’on a fait ça en France. C’est plus facile et rapide. ça s’appelle DCF (ils en parlent sur le site visajourney). Pour nous aussi, mon mari ne pouvait pas me sponsoriser car il n’avait pas de travail en France depuis notre mariage. Alors on a dû demander à sa famille. On a commencé les démarches en janvier au consulat américain de Paris, eu un entretien en mars, avons été refusé car notre 2ème sponsor (joint sponsor) (le 1er devant être mon mari) ne pouvait pas prouver qu’ils gagnaient suffisamment, avons ajouté un autre sponsor et envoyé les papiers par correspondance et finalement avons été approuvé fin juin. Et puis, en arrivant ici, en environ un mois, j’ai reçu ma carte verte. Mais bon, ça c’était le DCF fait directement au consulat en France.

    Pour le sponsor, il n’y a vraiment pas possibilité qu’un membre de la famille de ta femme te sponsorise ? Les seules choses dont il sera redevable au gouvernement sont les “Means Tested Public Benefits” c’est-à-dire food stamps etc … je te met le lien vers le site officiel du bureau des affaires consulaires US : http://travel.state.gov/visa/immigrants/info/info_1328.html#5

    En tous les cas, de tout coeur, bon courage et bonne chance

  3. Ah oui, j’ai oublié de préciser quand j’ai dit ça :”car il n’avait pas de travail en France depuis notre mariage” c’est qu’il n’avait pas travailler depuis deux ans et n’avais pas non plus de job aux US car non seulement faut prouver que les tax returns des 3 dernières années correspondent aux 125% du seuil de pauvreté de l’état où on va mais en plus, il fallait prouver qu’il avait un job en cours aux US remplissant les même conditions pour la continuité. :-S

    Allez, bon courage 😉

  4. Comme j’ai dit sur le blog de Pumpkin, je pense qu’il faut comparer vos situations ici aux States et en France. S’il faut que Pumpkin ait recours au welfare outre que les food stamps, ce n’est pas grave dans un premier temps.

    Aussi je pense qu’en attendant, il faut prendre en compte le cout de la garde des enfants. Si toi, tu t’en occupes, Pumpkin peut chercher un travail qui vous couvre. Elle a deja ete manager; elle a les capacites. Je sais que ce n’est pas ce qu’elle veut faire reellement, mais le temps que vous vous mettez “sur les pieds,” ce serait peut-etre necessaire.

    Je ne vous souhaite que du bon dans cette histoire. Je sais que ce n’est pas facile en France, et je veux de tout coeur que vous reussisez ici. On connait la France…

  5. Cedric> le pire, c’est que j’ai toujours mon ancienne carte verte provisoire.
    Sherylinn> merci pour les infos. J’attends le coup de telephone de la semaine prochaine pour prendre une decision. Non, personne d’autre ne peut nous sponsoriser.
    Alison> Tout cela est bien joli, mais si je n’ai pas le droit de travailler, je n’ai pas d’assurance, pas le droit d’etudier. Bref, comme un illegal. Et on ne peut pas rester indefiniment chez mon beau-pere.
    There is no “in the long run” if there is no possibilities in the beginning.
    Merci a tous pour votre support.

  6. bon courage pour les joies de l’administration transatlantiques…

    peux pas vous aider des masses de la ou je suis, mais t’envoie toute l’energie positive qu’il vous faudra pour traverser tout ca…

    et puis tu sais la France, ce n’est pas si glauque: nous, on songe meme a y rentrer…

  7. Et oui! Depuis mon dernier e-mail concernant l’immigration de Cédric j’ai été dans presque le même bordel. Il va vraiment falloir trouver une autre façon, je suis convaincue. Le I-864 est requis dans presque tous les cas, alors on peut pas l’échapper, et impossible est tellement américain comme mot. J’arrive maintenant à vraiment accepter la réalité et donc trouver des autres solutions plus ou moins agréables.

    Pourtant, renoncer à ma nationalité américaine ne fait pas partie des solutions, c’est sur. Parce que même si ces lois gouvernant l’immigration sont injustes, ça n’a rien à voir avec ce que ça veut dire, être américain. Les états-unis ont toujours su, comme la france, débattre, changer, se moderniser, et comme une américaine fidèle, je me sens responsable d’aider mon pays à être le plus juste dans le monde. Aussi je crois si on aime vraiment son pays qu’une seule loi peut pas changer ça. Vraiment aimer son pays, c’est travailler pour le faire plus acceuillant et juste! Plutôt, si on souhaite blamer quelqu’un ici, il faut blamer les immigrés illégals et les terroristes d’avoir poussé le gouv de faire une loi si discriminante que ça. J’imagine si mes ancestres, mon arrière grande mère française et mon grand père irlandais ont du avoir un sponsor qui gagnait 125 percent plus que le seuil de pauvrèté, je n’éxisterais pas. C’est tout à fait tragique. Il faut qu’on lutte à changer.

    De *toute* façon, je te souhaite de la très bonne chance et quelque soit la réponse mardi, que tu arrives à trouver quelques voies qui vous permettront enfin d’habiter ensemble sur le même continent.

  8. Merci a tous, on en saura plus bientot. En tout cas le sujet a l’air de passionner, le nombre de visites a double en deux jours.

  9. Le sujet nous tiens tous a coeur car nous avons tous une epee de damocles au dessus de la tete avec notre statut d’emigrant/immigrant. En 15 jours, on peut me demander de faire ma valise et de laisser derriere la vie que j’ai construit depuis 5 ans.

    Je pense bien a vous pour les jours a venir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *